Articles

RITUELS CHAMANIQUES

Image
"L’art du chaman est un art qui nous permet de rencontrer notre place dans l’univers." J’ai décidé il y a peu de temps de rajouter une corde à mon arc et de passer en mode « groupe ».  Ceci dans le but de contribuer encore plus, plus de personnes ensemble. Pour moi, ce qui s’y prête le plus est la technique des chamans. Enseignement, méditations, ancrage, nettoyage, vibrations, soins. Personnellement, j’ai déjà vécu beaucoup de rituels initiatiques, la danse du feu avec Emaho le chaman que j’ai suivi pendant 7 ans, la marche sur le feu avec Antony Robbins, la hutte de sudation, l’initiation au mantra avec Amma, plusieurs initiations avec le Dalai Lama... etc... Ces rituels m’ont fait passer des caps dans ma vie. Ils m’ont donné une vision du monde plus élargie et une capacité à voir le monde autrement. Ils m’ont également enseigné que l’on démarre petit, ignorant, et que l’on grandit progressivement au fur et à mesure du rituel, sur la connaissance de soi et de l’endroit où

12H15... et, Sylvie, tu t’en es allée...

Image
  Il est 12H15, je suis prête à partir pour ta cérémonie d’Adieu. Du rose pour la douceur, pull, sac à main, bracelets, je sais que tu aimais le rose. J’ai tout préparé, la cérémonie, les textes, ceux aussi que tu avais choisis avant... Nous en avions tellement parlé... Tes chansons préférées ... Nos tambours, pour te faire un dernier hommage... Voilà c’est maintenant, on le savait, on s’y attendait, mais quand ça arrive c’est toujours trop tôt. Tu as mon âge, je ne peux pas parler au passé, tu es là, je sais que tu es là...Ta présence à mes côtés à La Maison du Soin, ne fut pas seulement une locataire, comme tous les autres membres d’ailleurs, mais une vraie présence, dans le groupe, au service des autres et de tes clients même à ton détriment. Combien de fois, t’avons nous dit, arrête-toi ! Mais, comme d’hab, en mode guerrière tu continuais ! Je ne peux pas te contredire, nous nous ressemblons tellement... Les 2 faces d’une même pièce comme dit notre ami commun !     Alors depuis l

Le groupe, de la communauté à la fraternité...

Image
  Photo by Daan Stevens   Le partage dans un groupe établit un lien solide entre les membres d’une communauté qui se fondent dans un même idéal. Il permet d’intégrer et de fédérer les hommes au sein d’une communauté qui devient protectrice et initiatrice. Cela scelle un sentiment d’appartenance. Le but de partager en groupe, peut laisser une empreinte spirituelle qui se grave dans les esprits et le cœur. C’est ce que nous nous efforçons de donner dans nos ateliers à La Maison du Soin. Ces partages s’appuient sur les 5 sens afin de créer un puissant émoi individuel et collectif. Cela se pratique à La Maison du Soin dans les règles de l’art du rituel. Ces ateliers créent une rupture, un nouvel espace de lieu pour les nouveaux arrivants, un nouvel espace-temps, un nouvel espace de pensée.  Dans la communauté, se fusionnent les membres, par leurs spécificités, leurs unicités et leurs singularités. Les catégories sociales sont alors abolies, ce qui permet aux personnes de se fondr

La vie ! Etre … ici ou ailleurs…

Image
Dernièrement ma grande tante est partie de l’autre côté. Elle était âgée, 93 ans, elle s’est éteinte de vieillesse et c’est bien normal à son âge. Je me sentais particulièrement proche d’elle, car elle était la seule séparée de son mari dans ma famille, comme moi à l’époque. C’était une créative, fleuriste, qui m’a enseignée tout l’art de la déco, pour ceux et celles qui me connaissent, cela me tient particulièrement à cœur dans mon institut.  A l’enterrement, au cimetière, sa fille, la cousine de mon père, m’a demandée de lire un poème magnifique, qui avait été écrit par l’une de ses proches amies. Il a été écrit dans un contexte particulier, il y a assez longtemps, dans le cadre aussi du deuil de sa maman. Un acte de résilience … Ce texte est tellement d’actualité dans le monde dans lequel nous sommes, que j’avais à cœur de vous le partager avec son accord bien sûr. Lisez-le, nourrissez-vous-en, il est plein de vérité, d’espoir, de joie, de réalité, bien au-delà de la mort. 

Halloween : De l'Ombre à la Lumière. On ne voit bien qu'avec le cœur ...

Image
Les ténèbres peuvent être assimilées symboliquement à l’ignorance et à l’inverse, la lumière peut évoquer la connaissance. Mais quoi qu'il en soit, l'un n'existe pas sans l'autre : Lune et Soleil, Noir et Blanc, Force et Beauté, Sud et Nord, Midi et Minuit, Masculin et Féminin, Ordre et Chao… Et la liste n'est pas exhaustive…      Dès lors, pourquoi ne pas considérer l’ombre comme la voie médiane qui atténuerait l’opposition fondamentale entre Ténèbres et Lumière ? Ainsi, le chemin de l’ombre serait celui qui nous ferait passer des ténèbres à la lumière…      La nuit d'Halloween peut représenter symboliquement ce chemin. C’est la nuit qui va vers la Toussaint, la fête de tous les saints, ceux qui sont dans la lumière ! Le passage de l'ombre à la lumière.      L’ombre peut donc être le chemin le plus rapide pour tendre vers la lumière. Encore faut-il apprivoiser celle-ci afin de se repérer le plus rapidement possible sur la voie initiatique et ne pas s’y perd

Thérapeute ou "Thérapute"...?

Image
  Photo by Marco Bianchetti on Unsplash Dans cet article, j'avais envie de partager avec vous ma vision du thérapeute et non du "thérapute" ...!   Quel est le rôle du thérapeute de mon point de vue : Une posture à tenir ? Une confiance à gagner ? Etre un guide ? C’est la richesse d’une nouvelle relation qui se construit en dehors de toutes autres relations. C’est une confiance qui s’instaure peu à peu. En tout cas c’est certainement une responsabilité, un véritable engagement, le mesurons nous lorsque nous sommes à cette place ? Je n’en suis pas certaine. En tout cas, pas tous, toutes...   Pour moi le thérapeute aide son patient à grandir, en le soutenant, en l’écoutant pour qu’il puisse aussi trouver sa place et qui il est  dans ce monde. Ce peut être un vrai chemin de partages, d’échanges, de complicité, de conseils. Le/la  thérapeut(e) doit être présent(e) pour guider son patient, être discret(e) pour lui permettre d’avancer sans le gêner. Le patient doit

Nous vibrons le masque… nous portons le masque…quand décidons-nous de l'enlever ?

Image
Photo de Enzo B sur Unsplash J’ai écrit ce texte en 2013 à la suite d’un séminaire que j’avais fait avec le chaman que je suivais à l’époque. En parcourant les textes que j’avais sur mon blog je me suis rendue compte que celui-ci était encore d’actualité ! C’est dingue comme la vie n’est que cycles… Déjà, à l’époque il nous parlait de masques. Les masques que l’on se met sur notre essence, sur qui nous sommes, pour plaire et être aimés. Les temps n’ont pas beaucoup changé finalement, et nous avons tellement vibré cela que nous portons les masques en vrai maintenant ! Quand redeviendrons-nous ce que nous sommes ? Quand n’aurons-nous plus cette peur de ne pas être aimé ou de ne pas être à la hauteur ? Que faudra-t-il encore pour que nous comprenions ? Je m’interroge vraiment et cela me met dans un état pas cool du tout. Ce n’est pas faute de se remettre en question et d’aider nos client(e)s, ici à La Maison du Soin, à avoir une autre vision du monde. Mais, au final, en sommes-nous capab