mercredi 29 juillet 2015

RELIANCE
un texte d'Isabelle Padovani, pour une de ses chères amies.
Tellement magnifique...

Parfois, nous ne savons plus comment nous rejoindre,
Comment nous comprendre,
Comment nous relier...

Cela nous fait d'autant plus mal, que cela arrive avec un être aimé...

Que faire ?
Comment combler l'abîme d'incompréhension qui semble s'être ouvert entre nous ?
Essayer de lui expliquer, encore et encore, ce qu'il n'a pas compris de nous, jusqu'ici ?
Cela ne fera qu'agrandir la distance entre nous...

Se forcer à le rejoindre dans son point de vue, se lâcher la main en tentant de prendre la sienne ?...
Cela nous laissera avec le goût triste d'avoir perdu notre intégrité

Essayer de se relier à l'autre avec empathie, en entendant ses besoins non nourris dans la relation actuellement ?
Ce serait l'idéal, mais peut-être que nous n'en avons plus les moyens,
trop meurtris que nous sommes parce que cela fait trop longtemps qu'il n'est plus en mesure d'entendre les nôtres...

Alors que faire ?
Peut être juste prendre le temps,
simplement,
humblement, d'accueillir notre tristesse
de ne pouvoir nous relier à un être cher à notre coeur...
Demander de l'empathie à celui ou celle qui a l'élan et les moyens de nous en offrir à ce moment là...

Se souvenir que ressentir de l'amour pour un être humain ne garantie pas que nos partagions la conscience qui pourra nous faire nous rejoindre en l'espace où nous serons à même de nourrir mutuellement nos besoins et aspirations...

Se rappeler qu'une relation ne vit, ne respire,
que parcequ'elle se nourrit de la joie partagée de contribuer l'un pour l'autre au grandissement de chacun,
en prenant en compte l'unique de l'être, en respectant ses choix, en permettant la liberté de faire partie de la relation...

Rester avec cela...
Accueillir avec tendresse la part de nous
qui souffre de ne pouvoir se relier davantage à un ami cher...

Bercer notre impuissance,
lui chanter la mélopée antique des limites de notre condition humaine...
Et s'en remettre à plus grand que nous,
Dieu, la Vie,
Nommez le comme vous voulez,
pour permettre qu'un pas soit fait vers les retrouvailles entre nous...

vendredi 27 février 2015

C'est quoi la colère par rapport à un être qui nous est cher ?

La colère est un NON à la réalité.

La bonne nouvelle, c'est que nous pouvons traduire ce qui se passe à l'intérieur de nous lorsque nous sommes en colère, pour pouvoir l'évacuer plus facilement... 

1- Cherchez qu'elle est la pensée utile qui induit cette colère: ça devrait, ça ne devrait pas, il faudrait, il ne faudrait pas, je dois, je ne dois pas... En fait, il y a une exigence sur soi ou sur quelqu' un d'autre.
     C'est cette phrase qui active la colère 
 
2- Quelle est la phrase qui réactive la colère ?
Tant que je me dis "il n'aurait jamais du me parler comme ça " ou "il n'aurait jamais dû faire cela"... etc...Cela fait monter la colère car je suis en conflit avec la réalité. La réalité C'EST:  il a parlé comme ça ! 

Tant que j'ai LA phrase qui tourne en boucle, je suis en colère. 

La colère est une impuissance totale face à quelque chose d'hyper stimulant. 

En fait, la colère vient d'un besoin pas nourri. 

3- Cherchez le besoin, en vous, qui n'est pas nourris ? Amour, connexion, respect, tranquillité, calme... etc
Une fois trouvé, je reste un peu en lien avec mon besoin pas nourris. Par exemple, j'ai besoin de considération, je ne me sens pas aimé et j'ai envie de me sentir aimé. Si mon besoin n'est pas nourris, la colère arrive... 

A ce stade, qu'y a t'il dessous tout ça ? Souvent c'est la même chose : de la tristesse je me sens triste , je me sens déçu, de la déception, je me sens démuni, je me sens désespéré...
Et là, je découvre que je ne suis plus en colère maintenant, mais que je suis triste. J'ai changé d'état ... 

Dernière étape, sachant que j'ai besoin d'amour et que cet être n'a pas les moyens ou l'élan, d'agir de telle façon qu'il nourrisse mon besoin d'amour : quelle action concrète je peux poser pour nourrir ce besoin ? Il faut aussi que je sois près à lâcher la stratégie de cet être, car cet être est juste UNE stratégie parmi des millions pour nourrir mon besoin. Il y a des milliards de ressources naturelles, végétales, animales qui peuvent nourrir mon besoin. Cet être est une stratégie dans cette masse de ressources. A moi, de prendre la responsabilité de mon état et trouver ce qui va me remplir d'amour...

Quand un être n'a pas de considération pour moi, ce qui est touché au fond de moi, c'est que je ne peux pas lui offrir mon précieux ... Il ne prend pas ce que je suis. S'il ne considère pas ce que je suis, je ne peux pas lui offrir la beauté de ce que je suis ...et ça c'est l'inspiration de la vie. A moi de faire autrement...

"Je suis la vie qui veut s'offrir à toi et je vois que : oh ! Quel dommage mon ami tu n'as pas les moyens de prendre le cadeau de ce que je suis. Alors, tant pis, je vais nourrir mon besoin et offrir mon précieux d'une autre façon..."



Du fond des ténèbres... jaillit la lumière !

Photo de  Joshua Sortino  sur  Unsplash On pourrait croire que j'ai le temps d'écrire, puisqu'en arrêt total d'activité...