mercredi 16 octobre 2019

S'aimer ? Mais encore ?...



Aime-toi ! Nous dit-on dans le développement personnel !!! Comme si c’était LA solution ! Cela peut paraître simple pour certains « Bien sûr que je m’aime, quelle question ! » ou insurmontable pour d’autres « Comment pourrais-je m’aimer ? C’est impossible. » La plupart du temps nous aimons seulement certains de nos aspects et délaissons ou nions ceux dont nous voudrions nous débarrasser.

S’aimer est certainement la plus grande guérison qui soit, un soulagement et un apaisement sans pareil. Mais s’aimer c’est quoi ? S’aimer comment ? Serait-ce aimer l’être physique et non physique que nous sommes ? Aimer notre histoire, nos expériences, nos choix (quels qu’ils aient été). Ressentir de la compassion pour soi. Aimer nos zones d’ombre, nos peurs, nos doutes, nos hésitations. Tous ces moments où nous avons été durs, sans pitié, méchants, intolérants ou casse-pieds…? Serait-ce cela ? Probablement…

S’aimer c’est se pardonner, accepter nos maladresses, nos médiocrités et nos dysfonctionnements provenant de blessures profondes peut-être…

S’aimer c’est devenir son propre parent, celui qui aime inconditionnellement son enfant malgré ses écarts et ses désobéissances, sûrement…

Devenir ce parent accueillant pour nous-même est sans doute le plus beau cadeau que nous puissions nous faire. Car qui mieux que moi peut réellement me comprendre, m’écouter et est le mieux placé pour prendre soin de ma personne ? Qui peut réellement panser mes plaies, connaître le sens de mes blessures et savoir ce que nul ne sait ? Tout ce par quoi je suis passé et tout ce que je ressens. Qui peut réellement comprendre ma vérité, mon chemin et mes expériences ?

N’y aurait-il pas que nous-même qui puissions faire ce chemin intérieur ? Puissions-nous juste accueillir nos émotions et qui nous sommes sans juger …

Si cela est difficile, accueillons le fait de ne pas y arriver. Accueillons chacune de nos crispations, de nos duretés, chaque jugement et chaque moment de tristesse. Accueillons simplement notre vulnérabilité, nos faiblesses, notre « non alignement » !

Aimons à l’intérieur le bourreau qui nous condamne, aimons la victime et tous les autres rôles. Accordons-nous beaucoup de douceur et de bienveillance tout au long de ce processus. Peu importe ce que les autres ou la société diront de nous. Assumons ce que nous sommes, ce que nous ressentons et nos choix. Non dans la force et la violence mais à partir de cette réconciliation sincère avec soi- même. Faisons la paix avec qui nous sommes.

Rappelons-nous de tout ce que nous avons traversé et toutes les merveilleuses qualités qui sont les nôtres.

Tout est là en nous. Mais nous oublions que le chemin le plus précieux, le plus abondant est juste là au creux de nous-même. Nous nous étourdissons à l’extérieur. Nous tentons de prouver que nous sommes dignes d’amour. Et nous oublions l’être le plus exquis qui soit et le plus digne d’amour : nous-même.

Retrouvez votre intimité, votre bienveillance, votre douceur et vos propres besoins. Détendez-vous et abandonnez-vous à cette joie des retrouvailles sacrées avec vous-même.

Vous êtes précieux. Respectez-vous et prenez soin de vous, et aimez qui vous êtes, juste ça…


Laure
www.maison-du-soin.com
Un retour à soi...

Nous vibrons le masque… nous portons le masque…quand décidons-nous de l'enlever ?

Photo de Enzo B sur Unsplash J’ai écrit ce texte en 2013 à la suite d’un séminaire que j’avais fait avec le chaman que je suivais à l’époqu...